Blog Euroclean 3D

Le blog de la dératisation et la désinsectisation

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

L’avion Air India à destination de Londres volait depuis trois heures déjà. Il a dû faire demi-tour, un rat ayant été aperçu dans la cabine.

Des soupçons sur la présence d’un rat à bord ont contraint Air India à ordonner à son vol Bombay-Londres de faire demi-tour trois heures après son décollage, a annoncé jeudi la compagnie indienne. Un rongeur aurait été aperçu dans la cabine, mais sa présence n’a pas été confirmée.

Résultat de recherche d'images pour "rongeur"

La compagnie indienne a justifié sa décision par la sécurité des passagers au vu des dégâts sur les systèmes électriques qu’un rat peut provoquer. En application des procédures de sécurité, une fumigation de l’avion sera effectuée pour neutraliser l’éventuel rongeur. Un autre appareil devra acheminer les passagers jusqu’à Londres. Un responsable de la compagnie a indiqué que ce vol transportait plus de 200 passagers.

Ce n’est pas la première fois qu’un incident de ce type touche la compagnie. En juillet, un vol New Delhi-Milan avait fait demi-tour en raison de la présence soupçonnée à bord d’un rat. En sérieuses difficultés financières, AIr India n’a plus enregistré de bénéfices depuis 2007.

SOURCE

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Depuis plusieurs mois, les riverains de la rue Ernest Renan font la chasse aux rats. À partir de lundi la voie verte va être fermée pour les éradiquer.Reportage15?h?30, jeudi. Dans la rue Ernest-Renan, Madeleine Lemasle ne décolère pas. Depuis plusieurs mois, les rats polluent son quotidien. « J’en ai marre de me battre », tempête-t-elle. Un combat qu’elle mène de front depuis le mois de septembre. À cette période elle avait décidé de tirer la sonnette d’alarme à la mairie. « Tout le monde est courant, mais rien n’a jamais été fait déplore Madeleine ». Ce sont les champs situés en face de sa maison qui lui posent problème. Car c’est là et aux alentours de la voie verte que les rats ont pris leurs quartiers.« Il fait beau mais je ne peux rien laisser ouvert chez moi car j’ai peur qu’ils rentrent »,déplore-t-elle. « Regardez?! ». À peine a-t-elle le temps de montrer du doigt un rat sortant du talus, qu’un autre traverse la route.Loïc Jan, descend de son tracteur. Il était en train de couper le champ en face de chez Madeleine. « Les rats courent dans tous les sens. Je n’ai jamais vu cela. Il y a des trous partout?! »,

Résultat de recherche d'images pour "rongeur"

exulte l’exploitant. La voisine de Madeleine prend part au débat?: « Mes enfants ne veulent plus passer par la voie verte en rentrant de l’école car ils croisaient des rats ». 16?h?10. Tout le monde s’affaire dans la rue. Et même la municipalité?! Le centre technique et Michel Jan, délégué aux travaux ont décidé de prendre le taureau par les cornes et de venir sur place. L’occasion pour les riverains d’exprimer leurs doléances. « Si cela se produisait à Cadélac, le problème serait résolu depuis longtemps », lance l’un d’entre-eux. Michel Jan ne démentit pas. Mais tente d’apaiser les tensions avec des solutions. « Nous avons été alertés par plusieurs personnes. Des mesures vont être prises ». Et fissa. Lundi, la voie verte, située en contrebas de la rue Ernest-Renan, sera interdite d’accès aux promeneurs et cyclistes. En concertation avec le conseil départemental propriétaire de l’espace concerné.Quant aux talus situés aux pourtours de la voie verte, il faudra eux aussi les dératiser. Et c’est un autre problème. Certains terrains semblent appartenir à la Cidéral et d’autres à des particuliers. Tout le monde s’interroge. Qui fait quoi?? Qui va payer?? Aux 550 € de dératisation de la voie verte, s’ajouteront les autres factures. « Nous allons nous occuper de cela demain », poursuit Michel Jan.16?h?30. Chacun retourne à ses occupations. Le dispositif de dératisation mis en place, sera-t-il suffisant?? Les riverains sont septiques. « Si l’exercice n’est pas renouvelé chaque année, les rats reviendront », déplore Madeleine.

SOURCE

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Hier, les petits élèves de l’association Class danse se sont rendus à la résidence Yves-Blanchot, rue Chauffepieds pour proposer un après-midi de danse classique et de jazz. Une quarantaine de jeunes de 5 à 12 ans ont présenté une dizaine de chorégraphies, sous la tutelle de leur professeur Charlotte Chollet. Ce sont les premières esquisses du gala de danse qui sera donné en juin prochain au théâtre des Jacobins.

Résultat de recherche d'images pour "rongeur"

Quarante des soixante résidents de l’établissement ont assisté à ce spectacle. Class danse compte 180 adhérents dont une trentaine d’adultes, pour des cours donnés à la salle de la Nourais à Léhon.

SOURCE

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Mardi, il est 19 h 50, les portes de l’école des Tilleuls s’ouvrent. Il est temps pour les élèves de CP et CM1 de l’école des Tilleuls de présenter le spectacle pour lequel ils se sont tant investis. Les 300 spectateurs attendus pénètrent dans la salle. L’anxiété se mêle à l’impatience pour les acteurs du soir. Le temps encore de quelques photos qui entreront dans l’album souvenirs, et les lumières se baissent. Le travail d’une année
« C’est un spectacle sur le thème de la ville et de la campagne qu’ils ont travaillé toute l’année », confie Mme Mir, une des professeurs des écoles en charge du projet. Musée de la Nature, musée de Normandie, découverte de fermes, étude de paysages sous toutes ses formes… Nombreuses sont les sorties qui ont ponctué l’année pour le préparer et l’alimenter.

Résultat de recherche d'images pour "rongeur"

Les élèves ont activement participé à la création même du spectacle, « en donnant leur vision des avantages et inconvénients des deux paysages, de la vie qu’ils impliquent, et en suggérant des idées de chansons ». Au programme, danses, mimes et les chants fredonnés si souvent à la maison. Accompagnées par l’école de musique du Sivom, les percussions corporelles et vocales dépeignent les deux univers et portent leur message. Tour à tour sont représentés la ville, puis la campagne, la bataille des deux mondes puis leur partage.
Il est 21 h, c’est une mission accomplie pour ces trois classes qui ont donné une représentation à la hauteur de leur investissement. À voir prochainement : la création de leur propre musée, projet en cours de réalisation qui sera à terme exposé sous le préau de l’école.

SOURCE

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Et si le mouvement des éboueurs faisait des heureux ? Avec de fortes chaleurs comme ces derniers jours, l’odeur des déchets qui s’entassent par endroits à Nantes « va se diffuser », prévient le gérant de l’entreprise nantaise SOS Parasites. Jusqu’à parvenir aux narines des rongeurs, « qui seront mécaniquement attirés », explique notre spécialiste. Rue de la Tour-d’Auvergne, sur l’île de Nantes, un commerçant reconnaît avoir déjà aperçu, ces derniers jours, plusieurs de ces charmantes petites bêtes sortir des égouts, le soir tombé.Il faut dire que le printemps leur est déjà propice. « Après avoir fait naître leur portée au chaud dans les réseaux d’égouts, tout ce petit monde remonte à la surface pour trouver de la nourriture. » Dénicher des ordures entreposées sur les trottoirs à pareille saison est donc une véritable aubaine.

Résultat de recherche d'images pour "rongeur"

Mais pas de quoi affoler notre dératiseur pour autant. Nantes, où l’ « on compte 1,8 rat par habitant », reste bien loin de ce que connaissent des villes comme Paris, « où l’on en dénombre trois pour un habitant », voire Marseille, « où ce nombre grimpe à sept pour un. » Parmi les quartiers où l’on retrouve habituellement ce rongeur, vecteur de la leptospirose, une maladie infectieuse, figurent notamment Bouffay et autour des 50-Otages. La proximité avec l’eau joue, « mais aussi le sol en terre, qui leur permet de creuser des galeries, de cave en cave ». Les vibrations, causées par les travaux, peuvent également les faire sortir, « comme sur l’île de Nantes, où on en trouve pas mal ». Si la mairie indique pour l’instant n’avoir eu que « très peu de retours », concernant des demandes d’interventions, le spécialiste indique, de son côté, une augmentation du nombre de sollicitations, depuis deux semaines.

SOURCE

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

La réglementation concernant la distribution de produits biocides (raticide-souricide) a évolué au 1er janvier. Elle oblige le FDGDON85 à adapter sa gamme de produits.
Pour les particuliers : raticide-souricide à base de céréales concassées enrobées de difénacoum ; boîte de 1,5 kg composée de sachets de 25 g (un seul conditionnement dont l’usage est fait pour rats et souris).
Pour les professionnels : raticide à base d’avoine décortiquée enrobée de bromadiolone (sac de 20 kg).
Sont proposés aussi pour les personnes qui le souhaitent, du matériel de piégeage pour la lutte contre les taupes. Celui-ci se compose de pièges-pince et d’une clé,

Résultat de recherche d'images pour "rongeur"

indispensable pour tendre les pièges.
La collecte des bulletins d’inscription par les mairies se fera du 2 au 14 septembre. Les paiements, uniquement par chèque, peuvent être pris à la commande. La date de livraison des produits aura lieu le 18 octobre pour Saint-Fulgent.

SOURCE

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Les piégeurs de ragondins et rats musqués des cantons de Beauvoir-sur-Mer, Challans et Saint-Jean-de-Monts, étaient rassemblés jeudi soir, à la salle polyvalente pour la réunion annuelle organisée par le Syndicat mixte de gestion écologique du Marais breton vendéen et protection de son environnement.
Ce syndicat, représentant quinze communes regroupées en trois communautés de communes (Pays de Challans, Pays du Gois et Océan Marais de Monts), est présidé par Denis Crochet. Il accompagne et complète l’action des associations syndicales de Marais dans la gestion du Marais breton vendéen. Une de leurs actions est la lutte contre les espèces animales envahissantes dont font partie ragondins et rats musqués. Depuis décembre 2001, le syndicat a mis en place un programme de piégeage avec le concours des populations locales moyennant une prime de 1,70 € par prise. Grâce à l’effort de 297 piégeurs réguliers, en douze ans, 458 250 animaux ont été collectés. « Par cette action collective, les dégâts sont tempérés. On voit même des roselières réapparaître », a déclaré Denis Crochet. Le syndicat incite aussi les agriculteurs adhérents au programme à piéger les taupes sur les mêmes modalités puisque la nouvelle réglementation interdit les actions chimiques. D’autres missions concernent la lutte contre les espèces végétales envahissantes telles que le baccharis

Résultat de recherche d'images pour "rongeur"

, l’herbe de la Pampa et surtout la jussie. La colonisation des fossés par cette dernière a des conséquences lourdes pour le marais, gênant l’écoulement de l’eau en hiver et asséchant les fossés en été. Près de 300 km de fossés ont été ainsi colonisés et 130 km ont été arrachés manuellement en 2013. « Si on arrive à faire un curage des fossés tous les dix ans et à procéder à un arrachage mécanique (pelle équipée d’un godet) tous les cinq ou six ans, on peut obtenir des résultats positifs. Cette méthode alternative va être menée sur les secteurs de Saint-Jean-de-Monts et Bois de Céné-Châteauneuf », a précisé Denis Crochet.Johan Bornier, directeur adjoint de la Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles (FDGDON), a fait le point sur la lutte contre le frelon asiatique et la chenille urticante processionnaire du pin et du chêne. « Bien que les nids de frelons asiatiques soient en régression, 700 sont aujourd’hui recensés sur le département qui est colonisé dans sa totalité », a-t-il déclaré. Il a évoqué les risques apicoles, agricoles, humains et environnementaux que représentent ces frelons. Mais il s’agit d’un danger classé en 2e catégorie uniquement au titre de protection de l’abeille. Il n’y a donc pas d’obligation de destruction. Celle-ci reste à la charge du propriétaire du terrain sur lequel le nid se trouve.

SOURCE

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

« La population de ragondins et rats musqués (qui creusent les berges, mangent les cultures et transmettent la leptospirose) semble se stabiliser dans la Manche », évalue Antoine Métayer, directeur de la Fédération des groupements de défense contre les organismes nuisibles de la Manche. « En 2013, nos quelque 1 000 bénévoles ont capturé 17 000 individus. C’est un effort permanent. » Avec une rémunération de 2,50 € pour chaque capture justifiée. Autre fléau, les plantes aquatiques : « Quand les amateurs de poissons exotiques vident leur aquarium dans leur évier,

Résultat de recherche d'images pour "rongeur"

souligne Nicolas Fillol, du Parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin, ils ne pensent pas toujours qu’ils introduisent des plantes susceptibles de coloniser les cours d’eau. » Certaines plantes font l’objet d’arrachages sur la Vire. « Le mieux est d’utiliser des plantes aquatiques incapables de s’adapter chez nous, ou des variétés locales. »
Information sur le site internet du conseil régional de Basse-Normandie (chapitre « bâtir une éco-région », onglet environnement).

SOURCE

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Le Groupement intercommunal de défense contre les organismes nuisibles aux cultures de végétaux et produits végétaux du Marais breton et de la baie de Bourgneuf (Gidon) lutte notamment contre la prolifération des ragondins et des rats musqués. Créé en 2002, il contribue à l’entretien des marais.73 piégeurs bénévoles
Un technicien, Mickaël Jaulin, est employé afin de dynamiser et d’encadrer le piégeage dans les zones à forte densité de nuisibles. Depuis sa mise en place, plus de 159 928 animaux ont été collectés. Le Gidon Marais breton est né de la volonté de la Fédération départementale de Groupement de défense contre les organismes nuisibles (FGDON 44), des acteurs du marais (agriculteurs, pêcheurs, chasseurs, habitants et syndicats hydrauliques) et des collectivités locales de Machecoul, Fresnay-en-Retz, Bourgneuf-en-Retz et les Moutiers-en-Retz Le bilan de l’année 2013 démontre que ces rongeurs ne cessent de se développer en raison de bonnes conditions climatiques. Les piégeurs ont réalisé leur année record avec 19 354 prises par 73 bénévoles. Sur toute la Loire-Atlantique, il y a eu 63 569 captures.

Résultat de recherche d'images pour "rongeur"

Il est cependant « nécessaire de poursuivre et d’amplifier le piégeage ». L’association invite donc toute personne à lutter contre ces animaux nuisibles et vecteurs de la leptospirose, maladie infectieuse et transmissible via l’urine, aux êtres humains ainsi qu’aux animaux domestiques et d’élevage. Les personnes volontaires doivent s’inscrire en mairie, elles peuvent être formées et avoir en prêt les cages, le temps d’investir dans l’achat de leur propre matériel, une prime de 1,70 € étant versée pour chaque capture.Destructeurs des berges Ces rongeurs aquatiques détruisent aussi les berges lors de la construction de leur terrier. Le Syndicat d’aménagement hydraulique (SAH), gérant le niveau de l’eau et entretenant les rivières, travaille donc en lien étroit avec le Gidon. « La gestion du niveau d’eau influe sur le piégeage et nous sommes en communication régulière pour que ce travail soit fait au mieux. Car les piégeurs participent à l’entretien des marais et cela bénéficie à la population », explique Hervé de Villepin, directeur d’exploitation du SAH Sud-Loire.

SOURCE

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Ragondins et rats musqués prolifèrent dans les marais de la Vie, du Ligneron et du Jaunay depuis de nombreuses années. Dix ans après le début de la lutte, ce fléau est encore loin de disparaître. Cela fait des années qu’ils prolifèrent dans les marais du coin, dévorant 2,5 kg de végétation… par jour et causant de nombreux dégâts. Ils ? Ce sont les ragondins et les rats musqués, ces rongeurs aquatiques nuisibles d’origines tropicales. Un vrai fléau Depuis dix ans, le Syndicat mixte des marais de la Vie, du Ligneron et du Jaunay lutte contre ce véritable fléau. Mais, même si plus de 66 000 ragondins ont été capturés depuis 2004, une femelle ragondin a trois portées de cinq à six petits par an. Il est donc difficile d’endiguer ce fléau. Mercredi soir, lors d’une réunion du Syndicat mixte des marais, les questions fusaient. « Pourquoi on ne leur donne pas la pilule ? » « On devrait pulvériser les galeries »

Résultat de recherche d'images pour "rongeur"

« Et si on introduisait une maladie ? » Seulement, rien n’est aussi simple… Leur donner une méthode contraceptive a déjà été envisagée, mais très vite abandonnée : ça coûterait trop cher et, surtout, on ne peut pas être sûr que seuls les rongeurs nuisibles ingurgiteraient la pilule… Idem pour la pulvérisation des galeries ou la maladie : impossible de ne toucher que les ragondins et les rats musqués La lutte se fait donc autrement. Ils peuvent être piégés, détruits à tir (si la personne possède un permis de chasse et le droit de destruction) ou encore déterrés. Des méthodes qui ont malgré tout fait leur preuve : en 2014, 9 205 rongeurs nuisibles ont été capturés par 70 volontaires.1,70 € par capture Ces deux dernières années ont été particulièrement positives, grâce aux conditions climatiques avec deux hivers très doux, ainsi qu’à l’arrivée de nouveaux piégeurs à Bretignolles-sur-Mer. Chaque capture rapporte 1,70 € au piégeur. Certains peuvent, aujourd’hui, se féliciter d’un impressionnant palmarès : Gilles Besseau a ainsi capturé 9 280 ragondins et rats musqués depuis 2004. Coordonnée au niveau départemental par la Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles, la lutte contre les rongeurs a un coût : 30 360 € rien qu’en 2014.Pour Hervé Bessonnet, le président du Syndicat mixte des marais, « il ne suffit pas de parler pour être écologiste. Là on a l’exemple d’une action concrète, utile à la préservation de la biodiversité de nos marais et de leur économie. On ne peut que s’en féliciter ».

SOURCE

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr