Blog Euroclean 3D

Le blog de la dératisation et la désinsectisation

Punaise Leptoglossus occidentalis

Punaise Leptoglossus occidentalis

Un foyer du Capricorne asiatique (Anopophora glabripennis) a été découvert en 2008 à Strasbourg. Ce xylophage est une menace majeure qui nécessite des mesures d’éradication.

Un imago (stade adulte reproducteur) vivant d’Anoplophora glabripennis a été collecté au sol, mi-juillet 2008, au Port du Rhin à Strasbourg. Ce spécimen a été remis à la Société Alsacienne d’Entomologie. C’est à ce moment là que cette espèce exotique, déjà signalée à plusieurs reprises en Europe, a été identifiée.

Une note scientifique informant de sa découverte vient de paraître dans le Bulletin de la Société Entomologique de Mulhouse. Dans ce même numéro, la découverte en Alsace de la punaise Leptoglossus occidentalis, autre espèce invasive pouvant avoir un impact sur les résineux, est également relatée. L’implantation de la Pyrale du Buis en France est également définitive.

L’identification des insectes, surtout à partir des seuls dégâts, est souvent délicate et affaire de spécialistes. Il existe de sérieux risques de confusion avec des espèces locales dont certaines sont réglementairement protégées, tel que le Grand Capricorne du chêne (Cerambyx cerdo) ou le Pique-Prune (Osmoderma ermita).

Plus d’informations sur le site de la société alsacienne d’entomologie et si vous êtes victimes d’insectes xylophages n’hésitez pas à nous contacter pour une intervention en Ile-de-France grâce à notre formulaire de devis en ligne ou bien consultez le catalogue des produits de désinsectisation livré chez vous dans toute la France.

En 2003, Ali Weeks s’est installé dans un appartement à Montréal (Canada). Une mauvaise surprise le guettait : deux ans après son emménagement, les punaises de lit ont envahi l’immeuble. En juin dernier, il a choisi de déménager, exaspéré par les piqûres et la démangeaison.L’homme s’est débarrassé de son vieux matelas durant le déménagement, espérant que les insectes qu’il fuyait resteraient derrière lui. Malheureusement, ses espoirs se sont vite envolés. “Quelques jours après mon arrivée, j’ai réalisé que le sofa d’occasion que je venais de me procurer était lui aussi infesté de punaises”, raconte Ali Weeks.

Il a tenté à deux reprises d’enrayer le problème avec des insecticides en vente libre, en vain. Sous les pressions de sa compagne, il s’est résolu à appeler un exterminateur.

Se débarrasser de punaises n’est pas une mince affaire. Dans un fascicule, la Ville de Montréal conseille aux locataires de ne pas tenter de régler le problème eux-mêmes et d’éviter d’utiliser des insecticides vendus dans le commerce.

“En fait, parmi tous les insectes pour lesquels nous avons à intervenir, c’est le plus difficile à exterminer, et de loin, a précisé l’exterminateur. La blatte, c’est une vacance comparativement à la punaise !”

Une punaise adulte peut vivre jusqu’à un an sans se nourrir de sang. Pour les tuer, il faut les laisser 48 heures dans un environnement à -10°C, ou 20 minutes à 65°C. Et pour clore le tout, la femelle peut pondre jusqu’à quatre œufs par jour.

Pour les éradiquer, les techniciens doivent répandre plusieurs sortes d’insecticide sur les matelas, les sofas, les meubles, dans les tiroirs, derrière les horloges, … “Bref, un peu partout dans le logement”, a souligné le technicien, traitant le logement d’Ali Weeks. Les plinthes et les prises de courant doivent aussi être traitées, puisque les punaises vivent souvent dans les murs. “Leur plus grand talent, c’est de se cacher”, a résumé l’exterminateur.

Généralement, l’infestation est enrayée après la première visite, d’où l’importance d’appeler un professionnel et de ne pas laissez empirer la situation. Vous êtes infestés et avez des questions. Appelez-nous gratuitement à notre numéro vert :

Numéro Vert EurocleanSource : cyberpresse.ca

La Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles organise, une fois l’an, son assemblée cantonale. C’est à la ferme Loisel à Houlle que ce rassemblement d’agriculteurs s’est tenu, sous la présidence de Jean-Pierre Clipet, exploitant à Serques. Les élus des cantons de Saint-Omer-Nord, Sud et d’Arques étaient.

Au menu : Cygne, rat musqué et les mesures agro-environnementales.

S’agit-il de l’introduction de deux nouveaux plats dans l’alimentation française ? Non, les deux premiers sujets ont pour but de trouver des solutions pour contrer la prolifération de ces nuisibles. En effet, la prolifération du cygne fit l’objet d’une réunion pour tenter de trouver des solutions à ce qui apparaît pour les agriculteurs comme un fléau. De même, pour les rats musqués qui sont en surnombre et qui  occasionnent d’importants dégâts.

Cela montre bien que le rat des champs est tout aussi nuisible que le rat des villes (ou plutôt des égouts). Si des rongeurs ont envahi votre propriété deux solutions : si vous résidez en Île-de-France, vous pouvez demander un devis en ligne et les habitants de France métropolitaine peuvent acheter sur notre site de vente en ligne des produits de dératisation sélectionnés par nos soins pour leurs efficacités.

Souris et hommes s’accordent sur un point : ils ont les mêmes préférences olfactives !

Une étude publiée dans la revue PLoS One rapporte que l’homme et la souris seraient attirés par les mêmes types d’odeurs, apportant ainsi la preuve que les préférences sont d’une part, induites par l’apprentissage et la culture sociale, mais aussi par la structure des molécules odorantes, qui prédéterminerait en quelque sorte nos goûts olfactifs.

Les habitudes olfactives de l’être humain sont en grande partie déterminées par son expérience et par la culture dont il émerge, cette dernière le poussant à percevoir les odeurs de façon positive ou négative. L’arôme du camembert par exemple, si délicieuse pour ses adeptes, mais tellement répugnante pour d’autres.

Pour mener leur recherche, Nathalie Mandairon et Moustafa Bensafi ont observé les comportements d’hommes et de souris en présence de diverses odeurs. Les hommes devaient déterminer leur appréciation de celles-ci en les notant, alors que chez les souris, cette mesure était évaluée en calculant le temps qu’elles passaient devant chaque odeur.

Bref, les conclusions étaient catégoriques : hommes et souris avaient une attirance ou une aversion pour les mêmes arômes ! L’odeur la plus prisée par ces 2 groupes de cobayes était le gérémiol, une senteur de fleur, tandis que la moins appréciée était le guaïacol, une odeur de fumée et de brûlé.

Source : Radio-Canada

À l’Île Maurice, Le département de la santé publique prépare actuellement 25 000 prospectus, lesquels seront distribués aux habitants de Curepipe dans le cadre de l’actuelle campagne de dératisation, qui a commencé le 26 février 2009 dans le centre ville.

«Nous allons faire le tour de la ville de Curepipe, nous rendre dans tous les lieux où les rats pullulent. Du poison sera posé dans les drains, dans les poubelles, autour du marché, de la gare et du bâtiment de la municipalité. Nous nettoierons aussi les terrains en friche», confie un inspecteur de ce département.

Et d’ajouter, «c’est un problème national, les rats. A Curepipe, cela fait 15 à 20 ans que nous appliquons un programme pour placer du poison pour les rats partout dans les endroits publics. Nous le faisons vers 16h00, quand la ville est plus calme».

«Suite à ces campagnes, conduites constamment durant l’année, nous notons une réduction dans le nombre de rats et de plaintes», soutient l’inspecteur. Trois types de poisons sont utilisés lors des campagnes, dont le “roban cake”, puissant et sans danger pour l’environnement. Toutefois, il est difficile pour les officiers du département de la santé publique de contrôler où meurent les rats, car ils peuvent aussi bien périr en dehors du centre ville.

Vous pouvez vous procurez des produits de dératisation équivalent au “Roban Cake” sur notre site de vente en ligne.

Source : lexpress.mu