Blog Euroclean 3D

Le blog de la dératisation et la désinsectisation

Pour comprendre l’apparition du langage chez l’Homme, des chercheurs ont tenté d’apprendre à parler aux souris… En fait, ils ont modifié le gêne FoxP2 des rongeurs, considéré comme crucial dans l’évolution du langage articulé chez l’Homme. Le gène FoxP2 est au cœur de nombreuses recherches sur le langage depuis qu’une version mutée a été identifiée en 1998 comme la cause de problèmes de langage héréditaires dans une famille britannique. Si les mammifères possèdent une version de ce gène, il est différent suivant les espèces.

Ainsi Wolfgang Enard, de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutive (Leipzig, Allemagne) et ses collègues ont “humanisé” le gène FoxP2 chez la souris. Le résultat n’est pas des plus spéctaculaire, puisque les si le fonctionnement du cerveau de ces souris est bien différent, les cris poussés par les souriceaux séparés de leur mère – des ultrasons – ne diffère que par une fréquence plus basse chez les rongeurs génétiquement modifiés.

Ces travaux, publiés dans la revue Cell, sont une première étape vers la reconstitution de ce qui s’est passé au sein de l’espèce humaine, expliquent les chercheurs, même si la souris ne fournit qu’un modèle imparfait.

En attendant, les souris continueront de couïner encore longtemps dans les caves des immeubles ! Mais un spécialiste de la dératisation peut vous aider à vous en débarraser.

En savoir plus sur la dératisation et la lutte contre les rongeurs…

ines_rats2_t800

Trou creusé par les Rats

Des dizaines et des dizaines de rats ont envahi la cité. Sachant que ce nuisible est sexuellement mature à 5/6 semaines pour les femelles et à 7/8 pour les mâles, que la gestation chez cet animal est de 21 à 23 jours et qu’une portée peut compter jusqu’à 14 petits, il est facile de comprendre l’ampleur des dégâts ! Ces rongeurs ont implanté leur QG dans la cité Paul-Vaillant-Couturier de Bobigny (Nord-Est de Paris). Sous les poubelles du tri sélectif, ils couinent à toute heure de la journée. Ils sortent des bouches d’égout, se faufilent dans les bennes à ordures par des ouvertures qu’ils ont eux-mêmes faites avec leurs dents acérées. Les espaces verts sont pleine de trous creusés par les rats gris.

Plus le temps passe, plus les rats sont nombreux. En hiver, les jeunes en faisaient un jeu. Ils guettaient leurs sorties des poubelles et les lapidaient de pierres. Un ancien chasseur, la soixantaine, a vu un rat en même temps que moi. Sur le moment, il s’est écrié : « Moi ! En tant qu’ancien chasseur attitré, je mettrais le feu à tous ces trous et tous les tunnels creusés par ces satanées bestioles ! Il faut les exterminer ! Au lance-flammes ! »

Une maman, dont la petite fille de 2 ans est atteinte d’un cancer, demande à changer de logement : « C’est dangereux, les rats, voire mortel ! Il suffit que ma fille soit mordue par un rat et elle en mourra ! A cause de la chimiothérapie, ses défenses immunitaires sont affaiblies. Aller et venir devient dangereux, surtout que ces poubelles se situent en face de ma sortie d’immeuble. »

Plus personne ne prête attention aux affiches faisant campagne pour la dératisation. Plus personne n’y croit. Les locataires pensent avoir trouvé une coupable à la présence des rongeurs : la nouvelle gardienne. « Avec l’ancienne gardienne, nous n’avons jamais eu ce problème. » L’ancienne dératisait fréquemment, ce qui évitait la prolifération de ces petites bêtes qui font peur et dégoutent tant.

Un bon exemple des bienfaîts d’une dératisation régulière. Pour connaître nos tarifs, remplissez notre formulaire de devis en ligne. C’est gratuit et sans engagement. Plus d’infos sur les rats et la dératisation sur notre site www.stoprat.fr