Blog Euroclean 3D

Le blog de la dératisation et la désinsectisation

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service.

C’est l’un des plus gros, des plus surprenants mais aussi des plus contraignants chantiers de Paris. Et c’est aux chauves-souris que le futur quartier Broussais, dont les 5 hectares sortiront de terre d’ici 2016 sur le site de l’ancien hôpital Broussais, entre la rue Didot et le boulevard Brune (XIVe), doit cette réputation.

Il se trouve que l’une des plus grosses colonies de chauves-souris pipistrelles de France (pipistrellus, espèce protégée), 515 minuscules créatures noires et poilues répertoriées par les scientifiques du Muséum, hiberne juste sous l’hôpital Broussais, dans le tunnel désaffecté de la petite ceinture, la ligne de chemin de fer abandonnée.

« Le calendrier du chantier a dû être calqué sur leur période d’hibernation », reconnaît, sourire en coin, Cyriaque Brochard, 30 ans, l’ingénieur de la Ville de Paris qui pilote le chantier des espaces publics. Traduisez : « Les gars, il va falloir ranger vos marteaux-piqueurs d’octobre à avril pour les laisser dormir tranquillement, la tête en bas, dans leur fente de béton. »

Parce que ces petites bêtes le valent bien, un coffrage spécial et onéreux a été conçu au-dessus du tunnel pour les protéger des vibrations. « Moi, je n’ai pas voulu que ces chauves-souris ne soient qu’une contrainte, lance de son côté Concetta Sangrigoli, 34 ans, l’architecte chargée des espaces publics, avec son bel accent sicilien. J’ai voulu qu’elles soient un personnage de l’espace public. » L’architecte poursuit : « Je suis partie de l’aile. J’ai analysé la structure cellulaire pour la transposer dans l’organisation spatiale. »

Résultats : à Broussais, les dallages de la promenade plantée, 1 km au total, ainsi que les garde-corps seront nervurés comme leurs ailes! L’éclairage tamisé des pelouses va fonctionner sur détection afin de respecter leur rythme de sommeil.

C’est qu’à Paris, capitale des chantiers et des amis des bêtes, on ne plaisante pas plus avec la pipistrelle de la petite ceinture qu’avec les insectes… René Dutrey, élu du XIVe (EELV), qui suit aussi le chantier Broussais, se souvient d’un conseil de Paris en 2004. Dans un hémisphère archibondé, au terme d’une envolée lyrique devenue culte parmi les élus parisiens, Jean-François Blet, alors conseiller de Paris écologiste, s’était enflammé au sujet des bulldozers du canal Saint-Denis (XIXe) qui menaçaient une mare où batifolait la libellule déprimée, de son nom latin, Platetrum depressum. A Broussais, les dossiers d’appels d’offres aux entreprises de BTP viennent d’être bouclés mais les chauves-souris n’ont sans doute pas dit leur dernier mot.

source

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service.

« C’est sûr, nous ne sommes pas prêts de manger de nouveau des pâtes! On est dégoutté! » confie Malika, une ménagère de Montereau. Le week-end dernier, en versant dans l’eau bouillante le contenu d’un paquet de 500 g de farfalles Panzani, elle y a découvert… une souris morte. Hier, deux représentants de la société Panzani sont venus voir cette famille pour s’excuser et leur offrir un bouquet de fleurs et dix paquets de riz Lustucru.

L’animal envoyé à Marseille pour analyse

Malika raconte cette mésaventure surprenante, au goût amer. « Voilà un mois, mon mari et moi, nous avons acheté un lot de trois paquets de pâtes Panzani, au centre commercial Leclerc de Varennes-sur-Seine. On adore préparer des pâtes. » Samedi soir, elle décide de cuisiner des farfalles pour toute la famille. « D’un côté, j’avais fait mijoter des oignons et des tomates. Puis j’ai versé tout le paquet dans l’eau bouillante. J’ai commencé à remuer les pâtes avec une cuillère, pour éviter qu’elles ne collent entre elles. Soudain, j’ai vu une masse noire remonter à la surface et flotter dans la casserole. Je l’ai attrapée avec une écumoire. J’ai appelé mon fils et mon neveu. Et là, j’ai compris que c’était une souris morte, qui était au départ dans mon paquet de farfalles. Toute la famille était dégouttée. »

Mohammed, son mari, ajoute : « On avait même plus envie de rester dans l’appartement. Du coup, nous avons décidé d’aller manger dans une pizzeria, pour nous changer les idées. » Depuis, le couple se pose de nombreuses questions. « On se demande comment cette souris s’est retrouvée enfermée dans un paquet de pâtes. Obligatoirement, elle était au milieu des farfalles, sinon je l’aurais vue. Elle s’est donc retrouvée dans le paquet au moment du remplissage. Quand on a acheté ce lot de trois paquets, tout était bien hermétique. »

Mohammed et Malika indiquent qu’ils ont tout de suite contacté le centre commercial Leclerc de Varennes où ils ont acheté le lot de pâtes. Contactée hier, la direction générale de Leclerc France n’a pas souhaité faire de commentaires. Même réaction du côté de la direction commerciale de Panzani, basée à Lyon, également interrogée hier. Mais le couple explique que des représentants commerciaux de l’entreprise sont venus hier matin à leur domicile pour prendre possession du paquet de pâtes incriminé et de la souris. « Apparemment, l’animal va être envoyé dans un laboratoire d’analyse à Marseille. Et les lots emballés à la même période vont être vérifiés. »

source

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service.

Exit les souris et les grenouilles entières des collèges et lycées de France. Ce mois-ci, le ministère de l’Agriculture fait un rappel de la réglementation. Il y a un an, la France a adopté une directive européenne mettant fin à la dissection d’animaux vertébrés. Côté ministère de l’Education nationale, un courrier est en préparation à destination des professeurs de SVT. Car « des cartons de souris euthanasiées, prêtes à la dissection, atterrissent encore dans les collèges », s’indigne Christophe Marie de la Fondation Brigitte Bardot qui rappelle que « la France est le pays d’Europe qui sacrifie le plus d’animaux pour les expériences ». « Des sanctions et des contrôles sont prévus cette année chez des éleveurs qui fourniraient collèges et lycées », prévient Sandrine Bruyas. La vétérinaire,

inspecteur de santé publique du ministère de l’Agriculture, rappelle que seuls des organes d’animaux de la filière alimentaire, achetés chez le boucher, le poissonnier par exemple, peuvent être disséqués. Si la directive exonère pour l’instant chercheurs, écoles vétérinaires et enseignement supérieur, souris et grenouilles auront complètement disparu, en 2017, des paillasses.

source

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service.

Fondateur de la société les Armateurs, Didier Brunner, 65 ans, a produit « Kirikou », de Michel Ocelot, ou « les Triplettes de Belleville », de Sylvain Chomet, avant de se lancer dans le projet « Ernest et Célestine », qu’il a entièrement porté. Une belle histoire d’amitié entre un ours et une souris, vue par 1 million de Français en salles ; et le film est nommé aux prochains Oscars dans la catégorie meilleur film d’animation. « C’est un signal formidable pour l’animation française, se réjouit Didier Brunner. Cela marque l’excellence, le dynamisme et la créativité de cette filière à la fois industrielle et artisanale. »

Ce n’est pas la première fois que Brunner va aux Oscars : deux autres de ses productions, « les Triplettes de Belleville » et « Brendan et le secret de Kells », avaient été nommées dans la même catégorie en 2004 et 2010. Le producteur n’en demeure pas moins lucide sur les chances de voir « Ernest et Célestine » l’emporter le 2 mars : « La concurrence est redoutable. En face, nous avons un Disney, la Reine des neiges, Le vent se lève, de Miyazaki, ou Moi, moche et méchant 2. »

Mais même s’il ne gagne pas, le parcours d’« Ernest et Célestine » restera un exemple du made in France : soutenu par un producteur indépendant, fabriqué dans l’Hexagone (en coproduction avec la Belgique et le Luxembourg), puis « vu au Festival d’Annecy, et acheté par le distributeur américain Gkids, qui travaille très intelligemment et qui a su amener le film jusqu’aux Oscars ».

source

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service.

Des anciennes fortifications souterraines allemandes dans l’ouest de la Pologne ont retrouvé une nouvelle vie grâce à des dizaines de milliers de chauves-souris qui en ont fait leur plus grand gîte artificiel d’hibernation en Europe.Quelque 37.000 chauves-souris dorment aile contre aile dans les profonds tunnels des fortifications de béton dites Festungsfront im Oder-Warthe-Bogen. Elles ont été construites par les nazis à la veille de la Seconde guerre mondiale pour protéger le IIIe Reich d’Adolf Hitler contre une hypothétique attaque polonaise ou soviétique. Tombée depuis dans l’oubli, l’ancienne ligne fortifiée est devenue en 2011 un site touristique et une réserve de mammifères volants, grâce au Musée des fortifications et de la chauve-souris, probablement unique au monde. »La ligne de défense s’étend sur plus de 60 kilomètres, avec plus de 100 ouvrages fortifiées. Dans sa partie centrale, une vingtaine de casemates sont reliées par 33 kilomètres de galeries » enfouies jusqu’à 40 mètres sous terre, indique Leszek Lisiecki, directeur du musée près de Miedzyrzecz, à 80 km de la frontière polono-allemande.- « Des conditions parfaites » - »Les plus grands gîtes d’hibernation de chauves-souris se trouvent dans des grottes naturelles en Roumanie. Mais ici, nous avons le plus grand site artificiel en Europe », indique à l’AFP Jan Cichocki, zoologue à l’Université de Zielona Gora (ouest). »L’endroit est idéal par sa température et son humidité stables. La température est de 7 à 10 degrés centigrades, l’humidité atteint 90% à certains endroits », explique M. Cichocki. « Ce sont des conditions parfaites pour l’hibernation de chauves-souris », ajoute ce responsable d’un projet de recensement et d’observation des chiroptères qui hibernent au fond de ces couloirs, plongés dans le noir absolu. »Le nombre de chauves-souris varie d’année en année mais, depuis deux ans, elles sont environ 37.000, représentant une dizaine d’espèces différentes, à hiberner ici entre octobre et avril. Cette année le printemps est précoce, alors certaines espèces sont déjà reparties à la surface pour chercher de la nourriture et former leurs colonies de procréation », indique M. Cichocki.Mais sur les murs on voit toujours des grands murins (Myotis myotis) qui, collés les uns aux autres, dorment la tête en bas dans des groupes de plusieurs centaines d’individus, « chose rare dans leurs gîtes naturels d’hibernation », souligne-t-il.

- Grilles cadenassées -Pendant le sommeil, la température du corps de chauve-souris baisse et n’est que légèrement supérieure à celle du milieu environnant. Ses fonctions vitales ralentissent, la pulsation cardiaque descend même à quelques battements par minute. De temps en temps, on voit un individu s’étirer pendant le sommeil. Mais réveiller une chauve-souris avant terme risque même de la tuer, tellement le retour à la vie active lui coûte d’énergie.C’est la raison pour laquelle une grande partie des couloirs souterrains sont fermés en hiver, avec de somptueuses grilles cadenassées. « C’est une réserve. Pour y pénétrer, il faut une autorisation, afin de protéger les chauves-souris contre des vandales et le flux de touristes », explique M. Cichocki.- Des touristes de plus en plus nombreux -Ces derniers viennent de plus en plus nombreux visiter les fortifications. La construction militaire étonne par son envergure, sa conception sophistiquée, une finition irréprochable et le soin particulier que les concepteurs ont porté au confort des soldats. »Chaque soldat avait son propre lit, il y avait des toilettes, des équipements médicaux, tout ce qui est nécessaire pour la vie courante. La cuisine était équipée de telle manière que même aujourd’hui les autorités sanitaires ne trouveraient rien à redire », souligne M. Lisiecki. Tout comme la Ligne Maginot en France, Festungsfront im Oder-Warthe-Bogen n’a joué pratiquement aucun rôle pendant la Seconde guerre mondiale. Dépassée par l’évolution des conceptions militaires et manquant des effectifs nécessaires, elle est vite tombée entre les mains de l’Armée rouge. Après la guerre, les fortifications ont servi notamment de champs d’exercice à l’armée polonaise, et faisaient figure de Mecque pour les pilleurs. Dans les années 1980, les autorités communistes envisageaient d’y installer un dépôt de déchets nucléaires, mais y ont renoncé devant les protestations des habitants.Transformée en musée, la ligne de fortifications ne protège plus que les petits mammifères volants. « Les chauves-souris sont vraiment bien ici. Elles n’y ont rien à craindre », sourit M. Cichocki.

source

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service.

«MA CITÉ est une véritable déchetterie… Je ne comprends pas qu’en 2008 on puisse nous laisser vivre avec les rats sous nos fenêtres ! » s’étrangle Thierry Patron, un habitant de la cité Curial dans le XIX e arrondissement.

A ses pieds, sur le perron même de cette tour de dix-huit étages, un rongeur l’observe tranquillement. Depuis quatre mois, date du début de la rénovation du jardin de la cité, les rongeurs se sont installés et prennent de plus en plus de place. La situation est surréaliste. Dès la nuit tombée, pour rentrer ou sortir de chez eux, les habitants ne peuvent s’épargner de bien désagréables face-à-face. C’est ici, dans cette allée centrale qui mène rue de Crimée, que des milliers de gros rats noirs font régner la terreur. Précisément entre la rangée de poubelles et le chantier.

« Ces immondes rongeurs ont envahi tout le site », explique Carole, en serrant son petit garçon de 3 ans. « Au début, ils se cachaient. Mais aujourd’hui ils sont partout. Sous les poubelles, dans les caves, sur le chantier, sur les murets à hauteur d’enfants ! C’est vraiment dangereux. » Du haut de son quatrième étage, une habitante observe les nuées de rongeurs grouiller.

Ils courent aux pieds d’une habitante

Au bout de l’allée, une baguette à la main, Assia (18 ans) rentre chez elle. Terrorisée par l’épreuve, elle s’élance en hurlant et non sans effectuer quelques sauts de cabri. Les rats courent à ses pieds. Le regard incrédule, sa voisine Kadidia ne comprend pas. « On ne peut même plus laisser les enfants jouer au bas de l’immeuble… C’est dingue, non ? »

Hier, l’Opac (Office public d’aménagement et de construction de Paris) ne répondait pas. Devant cette invasion, les habitants ont alerté à plusieurs reprises cet organisme HLM et la mairie de Paris. A ce jour, les plaintes sont restées sans suite. « Mais va-t-on laisser pourrir la situation, jusqu’à ce qu’un incident survienne ? » s’interroge Carole.

source

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service.

DE NOUVEAUX locaux pour les souris de laboratoire, rien de très réjouissant pour les amis de Ratatouille. Et pourtant, l’animalerie du département de biologie de l’école normale supérieure (ENS) de la rue d’Ulm (V e ) vient de bénéficier d’une subvention de près de 182 000 € du conseil régional d’Ile-de-France pour héberger dans de meilleures conditions les quelque 6 000 rongeurs utilisés pour des expérimentations scientifiques. Plus tout à fait aux normes, l’animalerie, qui avait atteint sa capacité d’accueil maximale, était vouée à une fermeture certaine sans l’intervention financière de la région.

Désormais, une extension de 65 m 2 , qui permettra d’accueillir davantage de souris, est envisageable, tout comme l’acquisition de matériel scientifique et de nouvelles cages. Des armoires ventilées sont notamment attendues.


Utilisées dans l’étude des neurosciences et de la génétique

Le département de biologie, qui accueille une dizaine d’équipes de recherche franciliennes, utilise les rongeurs dans l’étude des neurosciences et de la génétique… Des domaines dans lesquels la souris fait figure d’acteur incontournable : « Les directives européennes recommandent de réduire les expérimentations animales lorsque cela est possible, confie Marc Lipinski, vice-président du conseil régional chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche et chercheur lui-même. Mais les souris sont indispensables à ce type d’études. Elles n’ont d’ailleurs plus rien à voir avec les rongeurs que l’on trouve dans la nature : leur patrimoine génétique est totalement modifié. Et leur grand avantage pour les chercheurs, c’est qu’elles se reproduisent très vite, la gestation ne durant que vingt et un jours. »

Au total, le conseil régional a accordé une subvention de plus de 5 millions d’euros pour le réseau maladies neurodégénératives francilien pour sept projets, parmi lesquels l’animalerie de l’Ecole normale supérieure, qui joue un rôle prépondérant en matière de recherche.

source

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service.

UN BEBE âgé de 9 mois a été attaqué par un rat alors qu’il dormait dans son lit, dimanche soir au Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis). Le rongeur, qui a la taille d’un chat, a griffé le petit garçon à la tête et l’a mordu au doigt. « J’ai entendu mon fils hurler. Quand je suis entrée dans la chambre, l’horreur ! Il avait du sang sur la tête. J’ai cru que la bestiole lui avait mangé l’oreille »,

raconte la maman qui vit avec un autre enfant de 5 ans dans 30 m2 au rez-de-chaussée d’un immeuble où le propriétaire a installé des chambres dans les caves. Dimanche soir, le garçonnet a été hospitalisé à Robert-Debré. Son état de santé n’inspire plus d’inquiétude. Il a été mis sous antibiotique et a pu rentrer chez lui avec un pansement à la main. Les médecins réclament une dératisation immédiate de l’immeuble ou un relogement.

source

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service.

Voilà pourquoi la préfecture de police de Paris lance aujourd’hui – comme chaque année à la même époque – une opération générale de dératisation. Les propriétaires, locataires, commerces et industries de la capitale ont deux mois pour « assurer la destruction des rats et des souris ». Sans quoi ils s’exposeront à des procès-verbaux.

« Ils véhiculent la leptospirose »

« Nous nous y attaquons au printemps car c’est leur période de croissance et de reproduction privilégiée, assure Catherine Perry, directrice adjointe des services vétérinaires de la préfecture de police. Ces animaux sont sales, vecteurs de germes et de bactéries. Surtout, ils véhiculent la leptospirose. » Cette maladie qui contamine quelques dizaines de Français chaque année peut même tuer quand elle n’est pas soignée. Ses signes avant-coureurs ? Une fièvre dépassant les 39°C associée à des douleurs musculaires et articulaires.

Pour empêcher les rats d’envahir nos petits nids douillets, deux solutions s’avèrent radicales : empêcher leur accès (murs sans trous, bouches d’aération extrêmement fines…) et ne jamais laisser traîner les poubelles.
A Paris, la situation est très préoccupante. Une dizaine d’épiceries Ed – des crottes et des souris mortes sont retrouvées dans les remises ou dans les cartons – sont « en crise », avoue un responsable de cette filiale du groupe Carrefour. « Les rongeurs mangent tout ce qu’ils trouvent et y laissent des bactéries, confie Imad Ounissi, dératiseur chez Euroclean. Certains établissements parisiens, comme une boulangerie des beaux quartiers ou des restaurants très connus, sont irrécupérables. On a beau y tuer des dizaines de rats chaque jour, il faudrait tout détruire et tout reconstruire pour les dératiser. »

Pour exterminer les rongeurs chez vous, soyez prudent ! Un agrément ministériel est nécessaire pour acheter des produits de dératisation, extrêmement puissants et nocifs pour l’homme. Si vous préférez faire appel à une société spécialisée, il vous en coûtera de 70 € à 8 000 €, selon l’ampleur de la dératisation à effectuer, détaille Euroclean. La préfecture de police reconnaît certes une certaine utilité aux congénères de Ratatouille : « Comme les pigeons, ils participent à l’élimination des déchets », explique Catherine Perry. Cela ne l’empêchera pas de multiplier les procès-verbaux à partir du 27 juin si les travaux n’ont pas été faits. « C’est mission impossible, estime Imad Ounissi. On ne peut que limiter ce fléau mais jamais on ne l’éradiquera. Les rats sont trop malins… »

source
Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

source

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service.

L’intrusion de ces rats aux Nouveaux-Horizons reste un mystère. La mairie avance un argument. En 2009 s’est achevée la construction de l’école Alain-Cavallier, située près du quartier infesté et bâtie sur les ruines de l’ancienne école de Haie-Sorel.

Les rats auraient migré du lieu des travaux aux HLM.
Les locataires ajoutent que le mauvais entretien des immeubles pourrait être une des causes. « Le ménage est peu et mal fait, surtout depuis que la gardienne a pris sa retraite il y a plus d’un an », souligne une habitante. Le bailleur 3F assure que le travail est mené à bien et qu’un surentretien pourrait être mis en place si nécessaire.

source

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr