Blog Euroclean 3D

Le blog de la dératisation et la désinsectisation

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

« Avant de restaurer, il faut étudier », annonce d’entrée Véronique Legoux, une des restauratrices. Identifier les décors, comprendre ce que ça représente, estimer l’état… Cette phase est extrêmement importante.

« Il y a des choses qu’on ne voit pas. Des matières qu’il faut absolument toucher pour comprendre le décor. Puis on essaie de repérer tout ce qui fait qu’elle se détruit »,explique la restauratrice tourangelle. Trois mois d’étude sur le chantier et presque autant en bureau avant de commencer à restaurer. La durée varie en fonction du projet. Avec 20 ans de métier, elle sait de quoi elle parle.

Pour comprendre l’oeuvre, les artistes ont recours à différentes archives. Du bâtiment, de la commune, mais également celles des entretiens des édifices pour savoir quand et comment on est intervenu et ainsi avoir tout l’historique du vieillissement de la peinture. Quelquefois, les peintures disparaissent pendant des siècles. Dans cette église, les fresques du XVIe sont bien conservées. Beaucoup de détails très complexes sont encore visibles. « C’est très rare, un site dans cet état », souligne Véronique Legoux.

Résultat de recherche d'images pour "fourmis"

Un métier méconnu

Ils ne sont qu’une petite centaine en France à avoir cette spécialité. Pour être restaurateur de peintures murales, mieux vaut aimer l’histoire et les arts, mais ce n’est pas obligatoire. En revanche, il ne faut pas être fâché avec les sciences. En effet, le professionnel manipule beaucoup de produits chimiques extrêmement toxiques et doit savoir les maîtriser pour analyser les réactions. Assurément, être patient est un impératif. « On peut répéter le même geste des milliers de fois pendant des heures », affirme Véronique Legoux. Et enfin, ne pas avoir peur de travailler dans des conditions inconfortables et difficiles : des heures accroupi sur un échafaudage à 10 m de hauteur, souvent dans le froid et l’humidité.

Vers un « circuit des fresques »

La commune d’Auvers a le désir de mettre en valeur son patrimoine. « Nos prédécesseurs avaient déjà fait beaucoup d’entretien sur l’édifice. On se doit de continuer. On a la chance d’avoir une région riche en intérêt pictural, indique Alain Boulais, adjoint à la mairie.On pourrait à terme élaborer un circuit des fresques. Dans les environs, toute l’histoire du Moyen-Âge à nos jours est représentée. »

Côté argent, la Direction régionale des affaires culturelles finance les travaux à hauteur de 40 %, la Région, le Conseil général et la commune sont à égalité avec 20 % chacun.

Contrairement aux idées reçues, les artisans ne refont pas les peintures. Certaines parties peuvent être restaurées, d’autres pas. « Nous, on redonne une unité à l’image. Notre travail est de les faire comprendre aux autres. On s’adapte à la peinture mais jamais l’inverse. »

SOURCE

Les pros de la Désinsectistion à Paris et en banlieue : www.stoprat

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

La vie à l’usine, Françoise Chaumont connaît. La période florissante… « qui n’a jamais été une période dorée », les années de crise, les licenciements, les drames qui ont suivi. « On était des petites mains et on travaillait au rendement. » Aujourd’hui responsable de formation au Fil d’Ariane, une entreprise de réinsertion de Cholet, elle a commencé chez la Fourmi, en 1986, à l’usine de Notre-Dame-des-Mauges : « Les salariées étaient rivées sur leurs bécanes. C’était dur. »

Très vite, elle devient déléguée du personnel, entre au comité d’entreprise. Fin des années 80,« Gep avait des difficultés, Eram délocalisait ». Mais La Fourmi va bien, « il y avait des commandes ». L’entreprise fait notamment un carton outre-Rhin, en réalisant pour les Allemands des grandes pointures, « 48 ou 49 ! ». Le siège de La Fourmi, que Françoise Chaumont rejoint à La Jubaudière, compte alors 600 salariés.

Résultat de recherche d'images pour "fourmis"

« Tragique »

En 1995, Gep rachète La Fourmi : « Personne ne s’y attendait. On se dit que c’est le début de la fin ». Chez Gep, « les commandes chutent. Avec nos bénéfices, on remboursait notre rachat. » La Fourmi piétine. Fin 1999, l’entreprise licencie pour la première fois. 80 personnes sont mises dehors. « C’était tragique. Des couples ont été licenciés. »

Début 2002, Françoise Chaumont, déléguée syndicale CFDT, assiste, écœurée, au quatrième plan social. Puis à la liquidation. L’administrateur judiciaire recherche des repreneurs. « Des vautours ! », clame Françoise Chaumont. Plateforme de reconversion et cellule de reclassement n’empêchent pas l’horizon de s’assombrir : car « beaucoup, malheureusement, ne connaissaient que la chaussure ».

SOURCE

Les pros de la Désinsectistion à Paris et en banlieue : www.stoprat

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

À son ouverture, prévue en mars 2013, la médiathèque devrait contenir plus de 16 000 documents. Une partie d’entre eux viendra des bibliothèques de quartier, mais la grande majorité est en cours d’acquisition. Ceux qui sont déjà arrivés attendent dans les cartons. Pas évident de les stocker en attendant l’ouverture : « Pour l’instant, ils s’entassent dans nos locaux de la Gobinière, mais on cherche un local libre », confie Anita Rivière.

Résultat de recherche d'images pour "fourmis"

Mille documents doivent être rapatriés de la bibliothèque du Bourg, qui va fermer. Environ 8 000 autres sont à étiqueter en prévision du nouveau système d’emprunt : il faut les munir de puces électroniques, pour que les automates de prêt les reconnaissent. Sans compter les cotes à poser sur la tranche des livres, pour le système de rangement, et le renforcement indispensable de la couverture. Ces opérations se font à la main, sur chaque ouvrage. Une tâche lourde et fastidieuse. Cet été, deux saisonniers ont été embauchés en renfort pour l’assurer avec les bibliothécaires.

SOURCE

Les pros de la Désinsectistion à Paris et en banlieue : www.stoprat

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

En effet, avec la rentrée vient également le temps des inscriptions aux activités de loisirs, et il est parfois difficile de faire un choix, parmi les nombreuses disciplines proposées. Alors, pour tous les curieux et les indécis sportifs, cette journée baptisée Des fourmis dans les baskets, « les invite à franchir le pas en situation », explique Noël Faucher. Il ajoute que « le but est de pérenniser cette journée : l’idée est de coupler la rentrée scolaire et la découverte du sport, afin de donner réellement envie aux plus jeunes de pratiquer toute l’année ».

Résultat de recherche d'images pour "fourmis"

Des activités pour tous

Au programme des activités pour tous : tennis de table, football, basket, tennis, planche à voile, badminton, mais aussi des nouveautés comme l’initiation rugby pour les 6-12 ans, le bowling. Certaines disciplines seront uniquement proposées aux adultes : gym douce, Pilates, yoga et nouveauté également, la marche nordique. Les tout-petits ne sont pas non plus oubliés, avec la gym câline et la gym 3 pommes.

Cette journée est aussi une bonne occasion de se munir de son nouveau Pass Culture et Vie associative, déjà distribué par courrier à tous les enfants de la commune du CP à la 3e. Cette année, ce Pass a été complété d’un coupon « vie associative », leur permettant de bénéficier de 15 € d’aide à l’inscription à une activité culturelle ou sportive dans l’ensemble des associations de l’île.

Samedi 8, Des fourmis dans les baskets, de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h 30 à 18 h, sur 3 sites : la salle omnisports Molière, le complexe sportif des Sorbets et la plage du Fort Saint-Pierre. Le programme est disponible en mairie ou en téléchargement sur le site : www.ville-noirmoutier. fr. Ne pas oublier ses baskets.

SOURCE

Les pros de la Désinsectistion à Paris et en banlieue : www.stoprat

Les fourmis n’ont pas chômé durant tout l’été. Elles reviennent avec des projets. Elles se sont réunies samedi, à la salle Lucky, pour préparer leur exposition qui se déroulera dimanche 18 novembre à la salle des fêtes.
Ce rendez-vous est important pour le groupe, qui expose tous les deux ans. Il met en lumière leur travail et leur talent.
Sous la houlette de Nina, l’animatrice du groupe, les fourmis (section peinture), se retrouvent deux fois par mois dans la salle Lucky, à 14 h, pour donner libre cours à leur imagination.
Elles font partie du cercle de jeux et loisirs qui propose plusieurs sections : cartes, danses bretonnes, loisirs créatifs. Il est encore possible d’adhérer (prix : 12 € l’année). Cette cotisation donne le droit d’entrée aux autres activités du cercle de jeux et loisirs.
Contact : section peinture, Sylvie au tél. 02 97 34 07 22.

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Les fourmis n’ont pas chômé durant tout l’été. Elles reviennent avec des projets. Elles se sont réunies samedi, à la salle Lucky, pour préparer leur exposition qui se déroulera dimanche 18 novembre à la salle des fêtes.

Ce rendez-vous est important pour le groupe, qui expose tous les deux ans. Il met en lumière leur travail et leur talent.

Sous la houlette de Nina, l’animatrice du groupe, les fourmis (section peinture), se retrouvent deux fois par mois dans la salle Lucky, à 14 h, pour donner libre cours à leur imagination.

Résultat de recherche d'images pour "fourmis"

Elles font partie du cercle de jeux et loisirs qui propose plusieurs sections : cartes, danses bretonnes, loisirs créatifs. Il est encore possible d’adhérer (prix : 12 € l’année). Cette cotisation donne le droit d’entrée aux autres activités du cercle de jeux et loisirs.

Contact : section peinture, Sylvie au tél. 02 97 34 07 22.

SOURCE

Les pros de la Désinsectistion à Paris et en banlieue : www.stoprat

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Modeleuse autodidacte.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je travaille la terre depuis 14 ans en autodidacte. Je fais surgir des visages et des silhouettes oniriques. Un jour, sur une plage du Golfe, j’ai découvert de la glaise. Une belle glaise pailletée de mica. Depuis, je crée des silhouettes légères, des ailes, des êtres elfiques… J’ai créé le buste de la Marianne exposée à la mairie de Sarzeau.

Résultat de recherche d'images pour "fourmis"

Que proposez-vous à la Fourmi à partir de samedi ?

Je vais proposer une animation pour travailler la terre. Le matériel est fourni et chacun repartira avec son travail. Le coût de l’heure est de 10 €. Je serai présente tous les samedis matin pour faire découvrir ma passion.

Samedi 1er mars, de 10 h à 12 h, à la Fourmi, zone atlanparc à Plescop. Contact : 07 85 05 01 13, 02 97 46 41 26.

SOURCE

Les pros de la Désinsectistion à Paris et en banlieue : www.stoprat

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Gros coup de stress aux Machines ce week-end ! La fourmi a fait des caprices ! De même qu’on en voit hésiter sous le faix d’une brindille, comme saisie d’un doute métaphysique, la fourmi géante a refusé de partir.

Résultat de recherche d'images pour "fourmis"

Jusqu’au vendredi 28 février, ouvert 6 jours sur 7 : du mardi au vendredi de 14 h à 17 h et le samedi et dimanche, de 14 h à 18h. 8 €. www.lesmachines-nantes.fr

SOURCE

Les pros de la Désinsectistion à Paris et en banlieue : www.stoprat

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

60 % des fourmis de la planète vivent dans les arbres. Celle-ci, longue de quatre mètres, vient rejoindre la chenille processionnaire et autres bébêtes de la Galerie des machines, sur l’île de Nantes. Un endroit où petits et grands peuvent jouer à se promener dans une forêt tropicale. Pour la réouverture du site des machines (521 000 visiteurs en 2013), la compagnie des Machines a conçu une énorme fourmi longue de quatre mètres et haute de 2,80 m. « L’insecte peut transporter quatre passagers, à partir de 6 ou 7 ans, explique Pierre Oréfice, directeur des Machines. Cette fourmi préfigure la colonne de fourmis arboricoles qui pourraient grimper sur le tronc de l’Arbre aux hérons. »

Résultat de recherche d'images pour "fourmis"

Cet arbre est le nouveau rêve des Nantais, pour 2019 : un arbre géant de 35 m de haut, que l’on pourra survoler à dos de héron, sur une partie de l’île de Nantes transformée en jardin ouvert. Un rêve à 35 millions d’euros…

Pour l’heure, on peut voyager à dos de fourmi, processionner sur une chenille, jouer au maharaja sur un Grand Éléphant de 48 tonnes, véritable maison ambulante, ou visiter un énorme Carrousel des Mondes Marins, incroyable aquarium mécanique de 25 mètres…

Du samedi 15 au vendredi 28 février, ouvert 6 jours sur 7, du mardi au vendredi de 14 h à 17 h, samedi et dimanche de 14 h à 18h. Tarif : 8 €. www.lesmachines-nantes.fr

SOURCE

Les pros de la Désinsectistion à Paris et en banlieue : www.stoprat

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Entretien

Olivier Cruz,

responsable du réseau des Fourmis solidaires.

Comment fonctionne le réseau des Fourmis solidaires ?

Via notre site internet, nous mettons en relation directe une quarantaine de « fourmis » productrices de la région malouine (agriculteurs, maraîchers, apiculteurs, etc.), engagées dans l’agriculture biologique ou raisonnée, et des « fourmis » consommatrices des alentours. Notre philosophie ? « Consommer juste » et non pas « juste consommer ».

Quels types de provisions met la fourmi dans sa cagette ?

Uniquement ce qu’elle désire consommer, parmi une sélection de 200 produits : de la viande, des boissons, des oeufs, du pain, du miel, des biscuits, des produits laitiers… Des fruits et des légumes aussi. Les paniers ne sont pas imposés ou préparés à l’avance, puisque le consommateur compose lui-même sa cagette. Avec le respect de leur saisonnalité et selon la quantité des stocks disponibles.

Comment rentrer dans la fourmilière ?

Sans inscription, ni adhésion. Il suffit de passer sa commande directement au producteur, via le site des Fourmis solidaires, et de se présenter le jour du retrait avec son règlement. Les caissettes sont distribuées chaque vendredi après-midi, entre 16 h et 20 h, au café La P’tite, sur le haut de la Cité d’Alet, à Saint-Servan.

Résultat de recherche d'images pour "fourmis"

Des projets en cours ?

D’abord, souffler la première bougie des Fourmis solidaires. Depuis nos débuts, en mars dernier, près de 400 familles se sont approvisionnées via notre réseau. Nous fêterons l’événement en musique ce vendredi 28 mars, à partir de 16 h, au café La P’tite, à Saint-Servan. L’occasion pour les fourmis productrices ou consommatrices de se rencontrer. Notre site internet compte aussi évoluer, en partageant entre fourmis des informations locales : des bonnes adresses ou des bons plans.

Renseignements : Les Fourmis solidaires se retrouvent chaque vendredi, de 16 h à 20 h, au café La P’tite, place Saint-Pierre, à Saint-Servan ou sur le site www.les-fourmis-solidaires.fr

SOURCE

Les pros de la Désinsectistion à Paris et en banlieue : www.stoprat

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Au parking, le deuxième barrage est tenu par Élise, 19 ans. Avec elle, ça ne plaisante pas. « J’ai des consignes. Les gens se garent sur le premier parking. Je ne laisse passer que ceux qui ont des autorisations. »

Volontaire au Normandie horse show pour la deuxième année, elle doit faire preuve d’autorité mais rester accueillante ; ce qui n’est pas toujours facile, « surtout quand il pleut des cordes comme dimanche matin », plaisante-t-elle. Cavalière amatrice, Élise n’aura passé que quatre jours au parking. « C’est suffisant. La plupart des gens sont très sympas avec nous mais il arrive que certains se montrent très insistants pour se garer au plus près, il faut pouvoir le gérer. »

Pour elle, le volontariat, c’est « gagner un peu d’argent, profiter du NHS pendant les pauses et comme je suis logée chez mes parents, je ne peux pas me plaindre. » Pour la suite des événements, elle aimerait, « comme tout le monde », être sur la piste principale, « mais il faut bien tourner, c’est le jeu. »

Résultat de recherche d'images pour "fourmis"

Avoir réponse à tout à l’accueil

Pour accueillir le public ou les professionnels, elles sont trois à l’accueil : Ophélie, 24 ans, volontaire depuis 5 ans, avec Romane et Célia, les jumelles de 20 ans pour qui le volontariat est une première. « On ne monte pas à cheval mais nous sommes d’ici, alors on connaît bien le NHS », explique Romane.

À leur poste, les filles doivent répondre à toutes les questions, orienter les gens et vendre les produits dérivés du NHS ainsi que des Jeux équestres mondiaux.

Pour Célia, « c’est un vrai boulot. Le contact qu’on a avec les gens est enrichissant, ce sera toujours bon pour valoriser un CV. En plus, on apprend à gérer un stock, tenir des comptes » De son côté, Ophélie ne perd pas une once d’enthousiasme : « Depuis l’année dernière, il y a pas mal de nouvelles têtes mais c’est sympa, ça permet de faire des rencontres. » Polyvalence sur la carrière principale

Samedi, à l’heure du goûter, pour ceux qui étaient en pause, Pierre, 18 ans, était le point de ralliement. Posté à l’entrée de la carrière principale, il est homme de piste. L’occasion de voir les cavaliers de plus de près et leurs réactions avant et après avoir concouru. Pour autant, le jeune homme doit rester attentif. « Je dois annoncer au jury qui entre en piste, faire attention aux tenues des cavaliers, qu’elles soient correctes, et regarder de près les équipements pour éviter toute tricherie. En cas d’accident, il faut aussi récupérer le cheval, ramasser les barres quand elles tombent, etc. » Un poste important, qui ne le stresse pas tant.

Pierre est volontaire pour la deuxième année, mais connaît le Haras national. « Depuis tout petit. Je monte à cheval, j’aime l’ambiance qu’il y a ici. C’est l’occasion de retrouver d’autres volontaires avec lesquels on a sympathisé. »

Profiter de l’ambiance du côté des As poneys

Plus loin, au fond du Pôle hippique de Saint-Lô, la carrière Normandie 2014 et celle en herbe, Le tôt de Semilly. Entre la Tournée des As poneys et les épreuves de saut d’obstacles amateurs, l’ambiance est plus détendue. Et ce n’est pas Nathan, 18 ans, qui dira le contraire : « Ici c’est cool. On fait le même boulot que dans la carrière Uriel, mais avec moins de pression. Il y a les enfants, des familles, c’est plus sympa. »

Volontaire pour la deuxième année, Nathan occupait déjà ce poste l’année dernière. « Je n’avais pas particulièrement demandé à être là, mais ça me plaît bien, c’est une bonne ambiance. »Comme quelques autres, il s’est également porté volontaire pour la surveillance des boxes la nuit

SOURCE

Les pros de la Désinsectistion à Paris et en banlieue : www.stoprat