Blog Euroclean 3D

Le blog de la dératisation et la désinsectisation

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

« Ratpocalypse » Certains new-yorkais évoquent une « ratpocalypse » : la vision dantesque de millions de rongeurs surgissant de leurs trous pour prendre possession de la ville. D’autres imaginent avec un mélange de délice et de répulsion les mêmes hôtes indésirables noyés par les crues qui ont inondé le sud de Manhattan, flottant le ventre en l’air sur l’eau saumâtre.Le rat nage très bien En fait, personne ne sait précisément combien de rats New York abrite dans ses entrailles. Pour Rick Ostfeld, spécialiste des pathologies liées à l’environnement à l’Institut Cary pour l’étude de l’écosystème, il est tout aussi vain d’essayer de prédire l’effet de l’ouragan sur cette population.

« Les rats ont tendance à s’installer dans les parties très basses des villes qui sont les plus exposées aux inondations. Donc un certain nombre de rats seront tués, noyés », explique-t-il. « Mais je pense qu’ils seront relativement peu nombreux : le rat nage très bien et peut trouver refuge en hauteur »Risque de maladies

Les rongeurs chassés par Sandy de leur territoire « pourraient représenter une menace pour nous dans des quartiers de la ville où ils n’avaient pas l’habitude de proliférer », prévient-il, soulignant que le rat transmet plusieurs maladies, dont la leptospirose et la salmonellose.

Les rats survivants vont chercher de nouvelles cachettes. Ils vont devoir s’adapter à un nouvel environnement et rétablir un certain ordre social.

« Mais une fois ces structures sociales rétablies, ils vont recommencer à se reproduire », souligne M. Ostfeld. Et si l’ouragan leur amène une nourriture supplémentaire, « leur population pourrait augmenter ».

Résultat de recherche d'images pour "rongeur"

Plus de nourritures disponibles dans les rues

Pour Bora Zivkovic, biologiste et journaliste à la revue Scientific American, « les rats, particulièrement les jeunes, qui se trouvaient dans les zones les plus vite envahies par les eaux ou n’avaient pas d’échappatoire facile, ont dû se noyer ». Par contre, ceux qui ont gagné la surface vont se goinfrer.

Avec des réfrigérateurs à l’arrêt faute d’électricité, les New-Yorkais « vont jeter beaucoup plus de nourriture, à toutes les heures du jour et de la nuit », explique Bora Zivkovic. « Je suppose aussi que le ramassage des poubelles sera moins efficace pendant un moment, donc il y aura plein de nourriture disponible dans les sacs poubelles et sur les trottoirs ».

Guerre de territoires

Mais la vie ne sera pas facile pour les nouveaux arrivants : ils « vont se heurter à la population locale » qui défendra son territoire. « Ces affrontements détermineront qui seront les rats dominants, qui restera et qui devra aller s’installer ailleurs ».

Bora Zivkovic se veut rassurant : la « ratpocalypse » n’est pas pour demain. « La plupart des rats vont essayer de rentrer chez eux quand les eaux baisseront. Ils sont farouchement attachés à leur territoire et à leur groupe et même déplacés très loin ils peuvent retrouver leur chemin ».

Vers même une diminution du nombre de rats

Et si la reprise des accouplements frénétiques entre rongeurs devrait ramener rapidement la population à son niveau d’avant l’ouragan, « il n’y a pas de raison de croire que celle-ci va augmenter ».

Sam Miller, un des responsables du département de la santé de la municipalité de New York, se veut lui aussi optimiste. « Nous n’avons pas constaté d’augmentation du nombre de rats en surface à la suite de l’ouragan Sandy », dit-il. « Nous pensons que l’inondation pourrait en fait faire diminuer la population totale de rats », estime-t-il.

Vigilance

Robert Corrigan, un spécialiste des rats installé dans l’Indiana, rappelle que dans des circonstances similaires, comme après l’ouragan Katrina de 2005, « on n’a pas constaté de flambées épidémiques ».

« Il n’y a pas de raison de croire qu’il en sera autrement avec Sandy. Mais ça ne veut pas dire que les responsables de la santé à New York doivent baisser la garde », ajoute-t-il.

SOURCE

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

0 Commentaire :(

Pas plus de 2 liens par commentaire. Le BBCode n'est pas autorisé.