Blog Euroclean 3D

Le blog de la dératisation et la désinsectisation

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Le Groupement intercommunal de défense contre les organismes nuisibles aux cultures de végétaux et produits végétaux du Marais breton et de la baie de Bourgneuf (Gidon) lutte notamment contre la prolifération des ragondins et des rats musqués. Créé en 2002, il contribue à l’entretien des marais.
73 piégeurs bénévoles
Un technicien, Mickaël Jaulin, est employé afin de dynamiser et d’encadrer le piégeage dans les zones à forte densité de nuisibles. Depuis sa mise en place, plus de 159 928 animaux ont été collectés. Le Gidon Marais breton est né de la volonté de la Fédération départementale de Groupement de défense contre les organismes nuisibles (FGDON 44), des acteurs du marais (agriculteurs, pêcheurs, chasseurs, habitants et syndicats hydrauliques) et des collectivités locales de Machecoul, Fresnay-en-Retz, Bourgneuf-en-Retz et les Moutiers-en-Retz.Le bilan de l’année 2013 démontre que ces rongeurs ne cessent de se développer en raison de bonnes conditions climatiques. Les piégeurs ont réalisé leur année record avec 19 354 prises par 73 bénévoles. Sur toute la Loire-Atlantique, il y a eu 63 569 captures.Il est cependant « nécessaire de poursuivre et d’amplifier le piégeage ». L’association invite donc toute personne à lutter contre ces animaux nuisibles et vecteurs de la leptospirose, maladie infectieuse et transmissible via l’urine, aux êtres humains ainsi qu’aux animaux domestiques et d’élevage. Les personnes volontaires doivent s’inscrire en mairie, elles peuvent être formées et avoir en prêt les cages, le temps d’investir dans l’achat de leur propre matériel, une prime de 1,70 € étant versée pour chaque capture.

Résultat de recherche d'images pour "Rongeur"

Destructeurs des berges
Ces rongeurs aquatiques détruisent aussi les berges lors de la construction de leur terrier. Le Syndicat d’aménagement hydraulique (SAH), gérant le niveau de l’eau et entretenant les rivières, travaille donc en lien étroit avec le Gidon. « La gestion du niveau d’eau influe sur le piégeage et nous sommes en communication régulière pour que ce travail soit fait au mieux. Car les piégeurs participent à l’entretien des marais et cela bénéficie à la population », explique Hervé de Villepin, directeur d’exploitation du SAH Sud-Loire.

SOURCE

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

0 Commentaire :(

Pas plus de 2 liens par commentaire. Le BBCode n'est pas autorisé.