Blog Euroclean 3D

Le blog de la dératisation et la désinsectisation

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Depuis le mois de mars 2009, Hélène a le cafard. Au propre et au figuré. « À partir de six heures du soir, ils débarquent. C’est leur rythme biologique. Ils aiment bien l’obscurité et la chaleur. Une seule miette de pain au sol, ils sont dix dessus. »

« Ils », ce sont les cafards. Des milliers. On les appelle aussi blattes, cancrelats. Signe particulier : ils sont les commensaux de l’homme. Autrement dit, ils partagent sa table. Ou plutôt ses provisions. Pas de cafard sans des stocks de nourriture entreposée, par exemple du riz en quantité importante, où les premières larves se seront logées.

Pour trouver où se trouve le nid de cancrelats, il faut trouver leur garde-manger principal. Il n’est pas situé chez Hélène, mais dans un appartement de l’étage au-dessous. Un désordre indescriptible y règne : tout ce que les blattes adorent.

Hélène appelle à l’aide

L’invasion touche les niveaux 7 et 8 de la tour appelée « banane d’Angleterre », dans le quartier Malakoff. Un « logement bleu » équipé pour les personnes âgées ne trouve pas preneur, infesté lui aussi.

Nantes Habitat, bailleur du parc HLM, a bien reçu les appels au secours d’Hélène, qui habite au huitième. Nantes Habitat a envoyé les équipes de désinsectisation. En pure perte. Pour traiter le problème à la racine, il faudrait pouvoir entrer dans l’appartement infesté, à l’étage inférieur. Ce qui n’est actuellement pas possible. « Nous ne pouvons désinfecter l’appartement qu’après avoir relogé ses locataires ailleurs, explique-t-on prudemment à Nantes Habitat. Le problème va être réglé en milieu de semaine prochaine… Si tout se passe bien. »

Résultat de recherche d'images pour "cafard"

Une association d’insertion accepte de prendre en charge les locataires du septième, qui seront logés en pavillon. Les équipes sanitaires pourront alors, enfin, jouer leur rôle.

« Ma mère vit un calvaire »

Hélène hésite à y croire. « Il me semblait que personne ne prenait de décision, d’où mon angoisse de continuer dans ces conditions de vie déplorables ».

Souffrante, elle a perdu le sommeil. Elle héberge ses parents dans son appartement et sa mère déprime, elle aussi. « Ma mère vit un calvaire. Elle a la phobie des blattes. » Peur et dépression sont engendrées par la présence pullulante et l’odeur de ces insectes grégaires. « Je suis obligé de manger sur mes genoux de peur que les bêtes courent sur la table. »

En attendant les équipes sanitaires, Hélène installe des pièges « Ils n’ont qu’une efficacité limitée. C’est le cinquantième que j’utilise et il m’en faut encore des nouveaux ».

On sait qu’il faudra du temps pour désinsectiser l’immeuble, car les blattes sont d’une résistance légendaire. Un traitement massif peut faire migrer la population vers les appartements voisins. Les cafards se déplacent par les gaines techniques et s’installent dans des recoins quasi inexpugnables.

Après le traitement du foyer principal, et le nettoyage de l’appartement, il faudra aussi repérer les autres refuges, dans les cloisons, les gaines électriques, les faux plafonds, les menuiseries de cuisines. Plusieurs mois devront être nécessaires. Les cafards, c’est comme le cafard, ça s’en va progressivement.

SOURCE

Les pros de la Désinsectistion à Paris et en banlieue : www.stoprat

0 Commentaire :(

Pas plus de 2 liens par commentaire. Le BBCode n'est pas autorisé.