Blog Euroclean 3D

Le blog de la dératisation et la désinsectisation

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Les plus anciens restes fossilisés d’espèces cousines de la punaise de lit, datant de 5.100 à 11.000 ans, ont été mis au jour dans des grottes de l’Oregon, dans le nord-ouest des Etats-Unis. Précédemment, les plus anciennes punaises de lit fossilisées découvertes dataient de 3.500 ans et avaient été trouvées en Egypte en 1999.

Une espèce qui n’est pas un parasite pour l’humain

Les trois espèces découvertes dans les grottes de Paisley étaient toutes des parasites de chauves-souris, précisent les scientifiques dont la découverte fait l’objet d’une publication ce mardi dans la revue Medical Entomology, publiée par l’Entomological Society of America. Mais comme les grottes de Paisley sont le site de certains des plus anciens vestiges de l’activité humaine en Amérique du Nord : il est donc probable que ces trois espèces de punaises aient été en contact avec des humains.

Cela soulève la question de savoir comment ces espèces ont interagi ou pas avec les hommes préhistoriques, relève Martin Adams qui dirige la société Paleoinsect Research, un des deux coauteurs de cette découverte. Sa société est spécialisée dans l’identification des insectes anciens. Les deux espèces de punaises de lit parasites des humains contemporains « le sont devenues en s’adaptant au cours des millénaires quand les hommes partageaient les grottes avec les chauves-souris en Asie, en Afrique et en Europe », explique le chercheur. Mais pour une raison inconnue, les trois espèces trouvées dans les grottes de l’Oregon n’ont jamais évolué pour devenir des parasites d’humains.

Résultat de recherche d'images pour "punaise de lit"

Une découverte qui pourrait fournir des indices sur le climat

« Le fait que les grottes de Paisley étaient occupées seulement de façon saisonnière par les chasseurs-cueilleurs de l’époque, qui étaient très mobiles, pourrait expliquer que ces punaises ne pouvaient peut-être pas s’acclimater à l’extérieur pendant longtemps », avance l’entomologiste. « Il pourrait y avoir d’autres raisons », a-t-il ajouté, précisant qu’il continuait à travailler sur ces questions.

L’identification des trois espèces de punaises dans les caves de l’Oregon pourrait aussi fournir des indices sur le climat pendant ces périodes, estime Martin Adams. A titre d’exemple, une de ces trois espèces paraît rechercher aujourd’hui les climats plus chauds de Californie et du Nevada. « La présence de ces punaises dans les caves de Paisley, plus au nord, pourrait laisser penser que les conditions climatiques il y a 5.100 ans étaient similaires à celles que ces punaises privilégient aujourd’hui », relève l’entomologiste.

SOURCE

Les pros de la Dératisation à Paris et en banlieue: www.stoprat.fr

0 Commentaire :(

Pas plus de 2 liens par commentaire. Le BBCode n'est pas autorisé.