Blog Euroclean 3D

Le blog de la dératisation et la désinsectisation

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Depuis un mois, les occupants du centre d’hébergement d’urgence sont excédés par les piqûres de puces. L’Amisep qui gère les lieux est désemparée mais ne baisse pas les bras. Elle multiplie les traitements.

L’histoire

Ils n’en peuvent plus ! « Cette nuit, on n’a pas dormi. Une nouvelle fois, ce samedi matin, la plupart d’entre nous sommes recouverts de plaques de boutons. C’est insupportable »,désespère l’un des huit occupants du 28, rue Texier-La Houlle.

Au centre d’hébergement d’urgence de l’Amisep qui compte trois chambres, rien ne va plus. « Ça fait désormais plus d’un mois que ça dure et ça n’est plus vivable. » Les bestioles incriminées sont les punaises de lit. « Elles infestent les sols, les plaintes et même les matelas. »

« On a pensé à la gale »

L’un des résidents raconte qu’au début il a cru à une épidémie de gale. « Ça me démangeait tellement que je suis allé aux urgences et, là, on m’a dit que ça ressemblait davantage à des piqûres d’insectes. Depuis, on a identifié le problème mais on n’arrive pas à l’enrayer. »

Résultat de recherche d'images pour "punaise de lit"

Le foyer, ouvert tous les jours, de 18 h 30 à 8 h, a été enfumé par une société spécialisée pour permettre la désinfection des lieux. « On a été tranquille quarante-huit heures mais les punaises sont vite revenues. » Alors, les résidents ont eux-mêmes entrepris d’isoler les plaintes avec du mastic. « Il y a du mieux, mais c’est une rustine, on ne règle pas le problème car les bêtes sont toujours là ! »

Dernière tentative en date pour remédier au problème : « Vendredi soir, le veilleur a versé du vinaigre sur les plaintes et le sol mais ça n’a fait qu’aggraver le problème. Les puces étaient plus vigoureuses que jamais sans parler des odeurs. »

A l’Amisep, on ne prend pas le problème à la légère. « C’est une vraie saleté dont on a du mal à se défaire. On a déjà été confronté à la gale. On sait comment procéder dans ce cas-là : on désinfecte, on jette les draps… Mais là, c’est plus compliqué », reconnaît Michel Le Bartz, directeur général adjoint du pôle logement-insertion à l’Amisep. Une société spécialisée devait intervenir samedi matin pour pratiquer un nouvel enfumage.

« On espère que ça va suffire. Mais si ça n’est pas le cas, il faudra peut-être fermer le foyer pendant quelque temps pour éradiquer le problème. Mais ça tombe bien mal car le froid arrive et c’est à cette période que les résidents ont le plus besoin de nous. Dans ce cas, il faudra trouver des solutions de relogement. »

Le foyer Ti Liamm voit passer entre 150 et 200 personnes par an. « Ça n’est pas un problème de vétusté du bâtiment car il a été rénové entièrement il y a six ou sept ans. Des travaux réguliers sont par ailleurs réalisés pour le garder en bon état », explique Michel le Bartz. Selon le directeur adjoint, ces nuisibles ont été apportés sans le savoir par des résidents. « Il suffit que quelques punaises arrivent par le sac d’un des gars pour qu’elles se développent et colonisent le foyer. Et c’est probablement ce qui est arrivé ! »

SOURCE

Les pros de la Désinsectistion à Paris et en banlieue : www.stoprat

0 Commentaire :(

Pas plus de 2 liens par commentaire. Le BBCode n'est pas autorisé.