Blog Euroclean 3D

Le blog de la dératisation et la désinsectisation

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?
Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17
10 ans d’expérience à votre service

Problèmes de rats, souris, cafards, puces, punaises de lit … ?

Intervention sur Paris et en IDF . Rapide et efficace au 01 43 08 15 17

10 ans d’expérience à votre service

Il nous vient d’Asie du Sud-Est. Le moustique tigre envahit doucement la France, avec son lot de maladies transmissibles.

La prolifération du moustique tigre sur le territoire depuis le début des années 2000 laisse à craindre l’explosion des cas de Zika, de dengue ou de chikungunya, trois maladies véhiculées et transmises par l’insecte au moment de la piqûre.

Selon Santé publique France (anciennement Institut de veille sanitaire), 276 cas ont été confirmés (200 de Zika, 72 de dengue et 4 de chikungunya) du 1er mai au 28 juillet dernier.

La vigilance devient de mise

La totalité de ces cas sont importés depuis l’étranger. Autrement dit, les personnes atteintes n’ont pas été infectées sur notre sol par un moustique autochtone. La situation n’est donc pas (pour le moment) hors de contrôle.

Il n’en demeure pas moins que ces chiffres, en nette augmentation par rapport à la saison 2015, montrent, s’il était encore besoin, que la prise de mesures pour se protéger des moustiques ne relève plus aujourd’hui du simple confort mais bien d’une question de santé.

Un risque encore circonscrit

Un constat qui s’applique notamment aux départements où le moustique tigre aime à batifoler, à savoir essentiellement dans le Sud-Est et le Sud-Ouest. En 2015, sa présence a également été relevée en Vendée.

Deux leviers peuvent être activés afin de minimiser le risque de propagation de ces maladies?: la lutte contre la prolifération des moustiques, une mission qui relève des pouvoirs publics, et la protection individuelle, qui relève de chacun d’entre nous.

Résultat de recherche d'images pour "moustique"

Quelles armes anti-moustiques??

En intérieur, les fabricants de produits anti-moustiques proposent des bombes aérosols et des diffuseurs à recharges liquides et solides. On conseille évidemment de faire usage des bombes aérosols avec parcimonie dans les chambres d’enfants et dans les environnements fréquentés par les femmes enceintes.

« Les utilisateurs de diffuseurs devront quant à eux vivre avec l’idée d’un environnement intérieur plus chargé en produits toxiques », indique la revue 60 millions de consommateurs,dans un essai consacré à ces produits (en kiosque cet été).

Les répulsifs au banc d’essai

En extérieur, l’utilisation de produits répulsifs à appliquer sur la peau ou les vêtements est préconisée. En avril 2015, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) émettait des recommandations pour l’utilisation de ces produits visant à minimiser les risques pour les populations sensibles.

Ce document, disponible sur le site du ministère de la Santé, présente, pour chaque molécule qui entre habituellement dans la composition des répulsifs (avec les noms de marques correspondant), le nombre maximal d’applications quotidiennes chez les enfants (en fonction de son âge) et les femmes enceintes.

SOURCE

Les pros de la Désinsectistion à Paris et en banlieue : www.stoprat

0 Commentaire :(

Pas plus de 2 liens par commentaire. Le BBCode n'est pas autorisé.